Thursday, July 13, 2006

 

Enfin

Enfin nous nous sommes décidés à créer ce blog pour la construction de notre maison en paille.

Depuis le début de la construction nous souhaitions communiquer sur notre autobioconstruction mais le temps nous manquait et nous manque encore, mais voilà, on s'y met !
Nous sommes déjà en fin de couverture comme vous pouvez le voir (après 1700 heures de travail) et prêts à recevoir la paille qui pousse encore et dont la récolte se rapproche (vers le 20 juillet).


Notre projet se veut conçu avec des matériaux les plus sains possibles et avec le minimum d'entorses à cette régle de base que nous nous sommes fixée.




Pour la conception et par ordre d'apparition nous avons choisi:



* Des fondations en béton de chaux avec armature en bambou mais voila, première entorse, les 10 m3 de béton de chaux se sont transformés en béton de ciment livré à la toupie, ce qui nous gêne moins car nous ne sommes pas en contact avec les fondations, même si l'ancrage (au sens énergétique) de la maison avec la terre nous semble important (photo des armatures de bambou stockées).

Lors du terrassement nous avons eu une surprise de rencontrer de la terre végétale sur une hauteur de 1 m ce qui nous a étonnés car les travaux de voirie du lotissement faisaient apparaître du schiste sous la quasi totalité de la voirie et sur la partie visible des parcelles voisines.

La présence de cette terre végétale sur 1 m a modifié légèrement le principe de fondation et une légère surprofondeur a été nécessaire.




* Les murs de soubassement sont en briques de terre cuite de 15 cm recouverts d'un enduit de chaux à l'extérieur avec une couche de produit bitumineux sur la partie en contact avec la terre (pas trop sain, mais nous n'avons pas trouvé mieux).

Contre ce mur, pour obtenir une bonne isolation thermique sans pont thermique, nous avons plaqué verticalement 5 cm de liége commandé chez Domus (et pas donné) mais pour le deuxieme bâtiment (le petit atelier ) nous avons choisi de récupérer des bouchons pour les broyer.


Contre cette plaque de liège nous avons réalisé un mur en briques de 15 avec un rang de moins pour laisser une réservation pour le dallage, l'ensemble faisant 35 cm pour servir de support au 45 à 50 cm de bottes de paille.






* Avant de couler le dallage nous avions toute la préparation et ce n'était pas une mince affaire car nous avions une couche de 20/40 de 20 cm, ensuite un géotextile puis une autre couche de 0/31.5 de 20 à 25 cm que nous avons réglée à - 5 cm du dallage fini, en éspérant que le tassement avec la dameuse nous laisserait une réservation de 10 cm. Mais là "aïe,aïe...." il ne restait que 7 à 8 cm de réservation et nous avons dû enlever les 2 à 3 cm à la pelle et à la brouette alors que nous avions tout réglé presque à la petite cuillère ; alors gros coup de blues, même si cela ne réprésentait qu'un m3.



Nous avons encastré dans le hérisson de 45 cm tous les réseaux :
- évacuation EU et EV même si nous avons prévu les toilettes sèches (on ne sait jamais dans le futur, pour nos vieux jours).
- réseau air frais pour la cheminée
- réseau de gaz
- réseau eau froide et eau chaude
- réseau électrique en cable blindé ( la phase seulement est blindée)
- gaine EDF et Téléphone



* Nous avons également réalisé tous les réseaux extérieurs avant le dallage
- alimentation eau froide
- alimentation EDF en dehors des réseaux telluriques
- alimentation téléphone
- réseaux du puits canadien avec deux tubes PE diam 110 (moins cher q'un tube en 160)
- récupération des eaux pluviales dans une cuve en béton de 3000 l (peut-être le seul avantage du béton car il neutralise l'acidité des eaux de pluie)









C'est à ce stade que notre géobiologue préféré est repassé pour implanter la réserve d'eau, l'entrée du réseau électrique dans la maison et l'emplacement de la prise de terre aux normes biothiques que nous avons réalisée avec un tambour de machine à laver, en complément du piquet de terre classique.









* Pour la réalisation du dallage, nous avons malaxé nous mêmes les 15 m3 de béton de chaux que les centrales ne délivrent plus car bien évidemment, seul le ciment est lucratif.
Mais heureusement, les 15 m3 ont été coulés, non pas en deux jours comme nous l'avions prévu, mais en une seule journée ( il est vrai avec 17 personnes sur le chantier) et de plus tous les dégrossis ont été réalisés dans la même jounée.

Nous avons renforcé le dallage avec des bambous et créé des petites semelles par surpronfondeur de la dalle béton sous le mur intérieur, porteur du plancher bois.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?